bandeau-final

LA VÉRITÉ SUR L’EXPÉDITION DES SS à SAILLAT

Ce 10 juin 1944, ce n’est pas 1 seule mais 2 compagnies SS qui sont parties de Saint-Junien vers 13H30. La 3e compagnie s’est rendue à Oradour massacrant 642 personnes. La 1e compagnie s’est rendue à Saillat avec elle aussi une terrible mission de mort à accomplir…

Les SS avaient l’ordre de ne laisser s’échapper personne. Ils ont regroupé les ouvriers et employés des 2 usines locales (Papeterie et Tanins Rey) ainsi que les habitants de la cité des papetiers. Tous ont été rassemblés sur les rails, près de ce hangar rempli de balles de papier (zone du cercle rouge).

Pourquoi à cet endroit alors que la place de la gare aurait été bien plus pratique ? Sans doute parce que les balles de papier brûlent facilement en cas de besoin. Comme à Oradour, ils auraient pu brûler les cadavres des 150 ouvriers qu’ils avaient l’ordre de fusiller cette après-midi du 10 juin !…

L’hôtel de la gare à Saint-Junien. C’est là que Diekmann a tenu sa réunion avant l’expédition sur Oradour. Ce 10 juin 1944, ce n’est pas 1 seule mais 2 compagnies SS qui sont parties de Saint-Junien vers 13H30.

Les 2 compagnies SS qui ont quitté Saint-Junien vers 13H30 étaient habituellement sous les ordres de Diekmann, le « bourreau d’Oradour ». Diekmann est allé à Oradour pendant que Kleist de la Gestapo et les miliciens se rendaient à Saillat…

Les habitants ont été rassemblés près d’un hangar abritant des ballots de papiers similaires à ceux-ci. Il s’agit de la matière première (recyclage) de la papeterie qui fabriquait du carton ondulé…

Les SS ont bien abattu un homme dès leur arrivée, ce qui montre leur détermination. Par contre, ils ignoraient qu’il était Lorrain. Ils l’ont abattu pour une autre raison. Ils se sont bien acharnés sur le directeur qui n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention pleine de culot de « La Polonaise »…

Le livre du même nom révèle tous les détails de cette expédition des SS et de l’intervention de Pélagie Orlowski…

L’hôtel de la gare à Saint-Junien.